"Raconter l’Histoire avec excellence et intégrité" - Entretien Rémy Ourdan - Ouest-France

Le Mémorial de Caen toujours en quête d'histoire
Ouest-France
Vendredi 10 avril 2015

« Raconter l’Histoire avec excellence et intégrité »
La fondation Warm s’associe avec le Mémorial de Caen et propose des conférences, tous les trimestres, sur les conflits contemporains à travers le monde.

Entretien
Rémy Ourdan, grand reporter et président de Warm Foundation.

Qu’est-ce que Warm ?
C’est une fondation récente et encore en construction. Son objectif principal est de bâtir un centre international sur les conflits mondiaux de ces trente dernières années. Ce centre sera basé à Sarajevo, car on en a eu l’idée là-bas, en 2012, en se retrouvant avec les correspondants qui avaient couvert la guerre de Bosnie. C’est comme cela que Warm est née. Elle est unique à deux titres : il n’existe pas de fondation qui traite tous les conflits en parallèle et elle est pluridisciplinaire et rassemble artistes, reporters, chercheurs, historiens et même activistes. Tous les gens dont on estime qu’ils racontent bien la guerre. « Raconter l’Histoire avec excellence et intégrité », voilà notre slogan.

Quelles sont ses activités ?
Pour l’instant, le centre n’est pas encore construit, mais on a déjà des projets spécifiques : films, livres, conférences et un festival annuel, fin juin, à Sarajevo.

Comment en êtes-vous arrivé à travailler avec le Mémorial ?
Son directeur, Stéphane Grimaldi, est venu dès le premier festival, l’an dernier, donner une conférence avec plusieurs historiens. Il nous a ensuite proposé une coopération à l’année. Le Mémorial aide Warm à organiser ses conférences et Warm propose, chaque trimestre, une conférence sur les conflits contemporains, à Caen.

Que vous apporte cette collaboration ?
Nous traitons les conflits contemporains, mais échanger avec nos « aînés », qui traitent des deux guerres mondiales, nous intéresse beaucoup. Comme nous allons construire un centre international sur les conflits actuels, on a beaucoup à apprendre des musées, des centres de mémoire... sur comment raconter l’Histoire. Et de leur côté, je pense que cela les intéresse d’avoir des thématiques et des réflexions sur les conflits actuels, la guerre et la paix dans le monde. C’est un échange passionnant.

Au Mémorial, cela se traduit par l’organisation de conférences...
Nous en avons déjà fait trois : une sur le djihad, Al-Qaïda et l’État islamique ; une sur la Centrafrique et une sur l’Afghanistan à l’heure du retrait des troupes américaines. La prochaine devrait porter sur le conflit ukrainien. On se met d’accord avec le Mémorial sur les thèmes, et Warm amène des idées et des intervenants.

Propos recueillis par Antonin LE BRIS.