«Tomorrow Tripoli», documentaire de Florent Marcie en première sarajevienne - Djenana Mujadzic, JOL Press

«Tomorrow Tripoli», documentaire de Florent Marcie en première sarajevienne
 
Posté le 07/07/2014
 
Près de 200 révolutionnaires libyens ont assisté à la première sarajevienne du documentaire du réalisateur français Florent Mercie « Tomorrow Tripoli ». Ils ont participé activement aux batailles d'action de rattrapage du colonel Kadhafi et se sont déplacés dans la capitale de Bosnie-Herzégovine pour l'événement.
 
Les Bosniens un peu surpris les ont accueillis à bras ouverts: « C'est un moment historique. Je remercie le metteur en scène qui s'est battu avec nous à sa manière. Aujourd'hui la Libye est un autre pays, la vie s'est presque normalisée et nous espérons des lendemains meilleurs. Tous ces événements décrits dans le film ont servi sur notre chemin vers la liberté et la démocratie naissante. Il nous reste à résoudre le problème de la sûreté plus fragile qu'avant », a souligné Mohammed Alzhari le ministre libyen de la Communication, un des membres du gouvernement qui ont accompagné les ex-soldats.
Une ode à l'histoire récente
Florent Mercie fut d'abord photoreporter ; elle a suivi plusieurs guerres. Il a informé sur le conflit en Bosnie-Herzégovine durant l'année 1992. Dès qu'il a entendu parler des changements en Libye il a quitté Paris avec l'idée de les enregistrer avec sa caméra : « C'est une histoire très personnelle sur la révolution libyenne, a remarqué le réalisateur, j'ai passé huit mois en première ligne des combats. En ce moment, les médias occidentaux ont été parqués dans les grandes villes Benghazi, Tripoli ou Misrata. Personne n'allait de l'autre côté. Je me trouvais dans les montagnes non loin de la capitale et ceux de Zweilla. Les combattants m'ont aidé à filmer en me couvrant de toutes les côtés ; c'était difficile de communiquer. Je ne parlais pas la langue et nos cultures sont très différentes mais nous avons réussi ensemble. j'ai connu un jeune et érudit Libyen, grand connaisseur de la philosophie française qui m'a beaucoup aidé. »
« "Tomorrow Tripoli" est une oeuvre sur l'interaction culturelle », a confié le réalisateur. Il a voulu présenter d'abord son film à Sarajevo où il se sent comme chez soi et où sont ses meilleurs amis. Quand les combattants qui y figurent l'ont appris ils ont tous pris l'avion pour la capitale bosnienne.
Soutien aux talents
Le documentaire a été projeté dans le cadre du Festival WARM, organisé par les reporters de guerre de toute la planète. Le but de la Fondation homonyme est de rassembler des talents du monde entier travaillant dans des conditions conflictuelles, qui doivent être assistés dans leurs projets de témoins historiques.
Durant la guerre, qui fut une véritable révolution permettant la chute du régime du dictateur Kadhafi, 55 000 personnes ont perdu la vie. Les conflits ont commencé le 15 février 2011 et après deux ans de troubles, l'économie du pays a été dans un piteux état qui s'est vite amélioré. Actuellement des groupuscules extrémistes représentent une terrible menace pour le peuple.
 
Djenana Mujadzic